Le Comté de Soulanges

La Municipalité des Cèdres constitue la plus vieille organisation paroissiale de la Presqu’Île. Au début, la paroisse de Saint-Joseph de Soulanges comprenait toute l’étendue de la Seigneurie de Soulanges, concédée le 12 octobre 1702 à Pierre-Jacques de Joybert de Soulanges par Callière et Beauharnois, respectivement gouverneur et intendant de la colonie.

On établit à 1721, la date de la construction de la première chapelle où un prêtre du Bout de l’Île est venu donner les secours de la religion à la petite colonie installée en bordure du rapide.

C’est à Les Cèdres qu’en 1760, des bateliers canadiens forcés de conduire les chalands de l’armée anglaise se dirigeant vers Montréal ont fait le sacrifice de leur vie en se jetant volontairement dans les rapides, entrainant avec eux l’artillerie et une grande partie du matériel ennemi. L’Île des Prisonniers nous rappelle d’ailleurs encore la part jouée par les habitants de Les Cèdres lors de l’invasion américaine en 1775.

La Municipalité a été desservie par voie de mission jusqu’en 1767, année de l’arrivée du premier curé, mais les premiers registres paroissiaux remontent néanmoins à l’année 1752. L’église paroissiale, débutée en 1780, est l’œuvre du curé Denault. L’érection canonique date du 18 mars 1838 et l’érection civile, du 12 novembre 1847.

La Municipalité de la paroisse de St-Joseph-de-Soulanges a été érigée le 1er juillet 1845, et celle du village de Soulanges, le 1er octobre 1852. La Municipalité actuelle a été constituée en 1985 par la fusion de la municipalité du village des Cèdres et de la municipalité de la paroisse de St-Joseph-de-Soulanges.

Le nom «des Cèdres» viendrait des gros cèdres que l’on trouvait au pied du rapide, à l’ombre desquels se reposaient les canotiers. Le portage des Cèdres a sa place dans les épisodes de l’histoire canadienne : il permettait d’éviter les rapides et d’atteindre les eaux limpides du lac Saint-François.